une-unesco

UNESCO et EMI : des réflexions aux outils

Depuis longtemps impliqué dans l’éducation aux médias et à l’information, l’UNESCO a récemment publié la traduction française de sa dernière brochure, un outil spécialement conçu pour la formation du monde éducatif.

Depuis la déclaration de Grunwald en janvier 1982, l’intérêt de l’UNESCO pour l’éducation aux médias ne s’est jamais démenti et l’organisation prône son inscription dans la formation tout au long de la vie depuis longtemps. Ainsi, en 2005, la proclamation d’Alexandrie  met l’accent sur cet aspect. En 2007, l’agenda de Paris en réaffirme la pertinence et élabore douze recommandations articulées selon quatre axes :
-        le développement de programmes intégrés à tous les niveaux de l’enseignement ;
-        la formation des enseignants et la sensibilisation des différents acteurs de la sphère sociale ;
-        la recherche et les réseaux de diffusion ;
-        la coopération internationale en actions.

Intégrer l’EMI dans tous les systèmes éducatifs

Parallèlement, l’UNESCO n’oublie pas les outils nécessaires à la concrétisation des recommandations émises.  Ainsi, en 2006 paraît L’éducation aux médias : un kit à l’intention des enseignants, des élèves et des professionnels. Coordonné par Divina Frau-Meigs, ce kit est, en grande partie, le produit du projet MENTOR, fondé par l’UNESCO et la commission européenne, et soutenu par le Clemi. Il comprend des parties destinées à chaque public ciblé ainsi que des manuels (relations éthiques avec les professionnels et maîtrise de l’Internet).

En 2011, après le premier forum international  sur l’éducation aux médias et à l’information, à Fès, au Maroc, l’UNESCO a lancé un programme de formation à destination des enseignants.  À noter l’apparition du sigle EMI et de l’expression « éducation aux médias et à l’information », qui précise le concept. Paru l’été dernier, et depuis peu disponible en français, le programme de formation , brochure de près de deux cents pages vise « plus précisément, les enseignants des niveaux primaire, secondaire et tertiaire qu’ils soient en formation ou en activité » est un outil « spécialement conçu pour les instituts de formation d’enseignants ». Il est adaptable et peut être utilisé par les ONG. Il vise l’intégration de l’EMI dans tous les systèmes éducatifs.

Deux parties et un glossaire

Dans l’avant-propos, l’UNESCO souligne qu’il a voulu : « une approche systématique et complète. Le processus de travail sur le texte a inclus la rédaction, la relecture et la validation par des experts dans plusieurs domaines tels que les médias, l’information, les TIC, l’éducation et le développement des programmes. » Divina Frau-Meigs vice-présidente de l’association internationale des études et recherche sur l’information (AIERI), professeure à la Sorbonne, coordinatrice du kit de 2006 et Évelyne Bevort, directrice déléguée du Clemi font partie des nombreux experts qui ont travaillé sur ce projet.

La brochure est divisée en deux parties respectivement intitulées :
-        programme et cadre de compétences, complémentaire du programme de l’UNESCO pour les compétences TIC des enseignants (2008) ;
-        modules principaux et complémentaires ;
et complétée par un glossaire.

Le chapitre « Notions communes à l’éducation aux médias et à l’information » démontre la convergence et l’intérêt qu’il y a à rapprocher éducation aux médias et maîtrise de l’information. Certes, selon certains la maîtrise de l’éducation englobe l’éducation aux médias, pour d’autres elle en est une part. Mais l’UNESCO met en avant l’utilité du rapprochement entre les deux domaines : « D’une part, la maîtrise de l’information met l’accent sur l’importance de l’accès à l’information, son évaluation et son utilisation éthique. D’autre part, l’éducation aux médias met l’accent sur la capacité de comprendre les fonctions des médias, d’évaluer la manière dont ces fonctions sont exercées et de faire usage dee ces médias de façon rationnelle pour s’exprimer. » Le programme de l’UNESCO à l’EMI et son cadre de compétences destiné aux enseignants intègre ces deux idées. Deux figures précisent le propos :

Figure 1 : les éléments clés de l'éducation aux médias et à l'information

 

Figure 2

Figure 2 : l'EMI écologie et notions

Parmi les autres thèmes abordés dans cette première partie, le cadre, suffisamment souple, pour pouvoir s’adapter aux différents systèmes éducatifs et aux différents pays  et pertinent « dans l’environnement de la presse écrite et de l’audiovisuel comprenant les journaux, les livres, la radio et la télévision que dans celui des médias d’information en ligne et autres diffuseurs l’information. ». Ce cadre couvre trois domaines thématiques :
- la connaissance et la compréhension des médias et de l’information dans la perspective du débat démocratique et de la participation sociale ;
- l’évaluation des textes médiatiques et des sources d’information ;
- la production et l’utilisation des médias et de l’information ;
qui ont été mis en relation avec six domaines clés de l’éducation et du développement de l’enseignant. Un tableau (page 27) reprend toutes les données de ce cadre.

Des tableaux et des modules bien structurés

« Les compétences de base des enseignants », là aussi reprises sous forme de tableau (page 33) précèdent une liste qui les relie aux modules du programme, aux séquences et aux thèmes, dans une démarche progressive :
1)     comprendre le rôle des médias et de l’information dans la démocratie ;
2)     comprendre le contenu des médias et ses utilisations ;
3)     accéder à l’information de façon efficace et efficiente ;
4)     évaluer l’information et les sources d’information de manière critique ;
5)     utiliser les formats de médias traditionnels et nouveaux ;
6)     situer le contexte socioculturel du contenu des médias ;
7)     promouvoir l’EMI parmi les étudiants et gérer les changements requis.

Le chapitre suivant est consacré aux approches pédagogiques conseillées pour utiliser le programme. La seconde partie comprend, elle aussi, une introduction qui s’intéresse au public cible, aux caractéristiques du programme, aux recommandations et aux stratégies d’adaptation et aux stratégies d’intégration du programme à la formation des enseignants. Un programme ambitieux qui pourrait se concevoir comme :
- un cours autonome obligatoire ou facultatif dans une formation initiale ou permanente ;
- une formation intensive d’une ou deux semaines ;
- une intégration à des cours déjà proposés aux enseignants ;
- un cours en ligne offert au titre de la formation initiale ou continue.
Le reste de la brochure, quasiment les trois quarts sont consacrés aux modules, principaux et complémentaires. Les modules sont décomposés en unités déclinées selon un schéma constant :
- thèmes clés ;
- objectifs d’apprentissage ;
- approches pédagogiques et activités ;
parfois complétés par :
- recommandations pour l’évaluation ;
- thèmes à approfondir ;
- ressources pour ce module.

Bref, en cette période de rentrée, une ressource dans la lignée du document du Clemi « éduquer aux médias, ça s’apprend », à étudier de près.

2 thoughts on “UNESCO et EMI : des réflexions aux outils

  1. Pingback: Education aux médias | Pearltrees

  2. Pingback: UNESCO et EMI : des réflexions aux outils - presse à l'école | TIC et Tech news | Scoop.it

Comments are closed.