Jeunes, éducation aux médias, liberté de la presse…

Petite bibliographie autour de ces thèmes.

« Socialisation des jeunes et éducation aux médias » ( éditions Érès, 25 €) est le titre du dernier ouvrage de Divina Frau-Meigs. Professeur à la Sorbonne nouvelle, spécialiste des contenus et comportements à risque et d’éducation aux médias, elle est experte internationale auprès du Conseil de l’Europe, de la commission européenne et de l’Unesco. À ce titre, elle est l’auteur de « L’éducation aux médias – Un kit à l’intention des enseignants, des élèves, des parents et des professionnels » paru en 2006. Depuis 2008, elle est également coordinatrice de la section « Recherches en éducation aux médias de l’Association internationale des études et recherches en information/communication (AIERI).

Divina Frau-Meigs part du constat suivant : la consommation des médias (3h30 par jour) par les jeunes représente leur deuxième activité après le sommeil. Un environnement qui procède à leur socialisation au même titre, voire même plus que la famille et l’école.
Le premier chapitre s’intéresse aux notions clé du processus de socialisation par les médias, le second s’intitule « Violence et sens des valeurs ». Après « pornographie et désarroi des corps  et des sentiments » et « Publicité et mise en conformité » et avant un glossaire raisonné, l’auteur aborde « la maîtrise des médias ».

Dans le sous chapitre « l’éducation aux médias ou la solution à long terme » elle commence par rappeler quelques mesures prises en Europe, ainsi que l’inscription de l’éducation aux médias dans le socle commun de connaissances et de compétences (quatrième pilier). Elle distingue ensuite deux approches : une protectiviste et une participative « qui promeut l’autonomisation des jeunes par la créativité et la production médiatiques. »

Divina Frau-Meigs insiste ensuite sur l’importance de l’éducation aux médias tout au long des âges de la jeunesse comme outil d’acquisition de compétences indispensable à l’adulte. Ces compétences se regroupent autour de différentes notions, les 7 C : Compréhension, Critique, Créativité, Consommation, Communication interculturelle, Citoyenneté et Conflit (capacité à résoudre).  «Ces derniers » souligne-t-elle « peuvent servir de cadrage cognitif socialisé pour former les jeunes à la démocratie et modifier leurs comportements à l’égard des médias et des autres, en les sensibilisant au respect, à la tolérance mutuelle, à la responsabilité, à la dignité à l’intérêt général. » Une éducation aux médias qui doit prendre appui sur les droits de l’Homme.

En complément :
voir l’interview  de Divina Frau-Meigs ;
un entretien en deux parties avec Divina Frau Meigs sur le site Regard sur le Numérique
1)      L’écran n’est pas neutre

2)      L’école ne peut plus nier les écrans

Les Cahiers francophones de l’éducation aux médias ont publié en septembre dernier leur premier numéro intitulé « La culture médiatique des jeunes : des objets populaires méprisés ». Cette revue, dirigée par le Centre d’études sur les jeunes et les médias, est articulée en deux parties, « la culture médiatique des jeunes » et « médias et éducation ». (Prix : 20 €  –  214 pages )

Autres parutions

L’éducation aux médias, un numéro d’Iris plus publié par le Conseil de l’Europe qui la considère comme pendant indispensable de la société de l’information. (24,5 € )

« La Liberté de la presse en France : héritage et actualité » par  Solenn Duclos  (CNDP/ CLEMI, 8.90 euros) L’ouvrage retrace l’histoire de la liberté de la presse en France avant de s’intéresser aux défis actuels. Une troisième partie propose des activités pédagogiques.

« Les 100 mots de l’éducation » de P Rayou, A Van Zanten, Que Sais Je n°3926, PUF. D’après le Café pédagogique, « le dictionnaire inscrit en cinq entrées l’essentiel de la recherche en éducation. »

Les actes du colloque « Enfance et cultures : regards des sciences humaines et sociales«  qui a eu lieu à Paris du 15 au 17 décembre 2010 ont été mis en ligne.