Assises, congrès, journée, les journalistes interrogent leurs pratiques

Transparence, nécessité du journalisme, avenir de la presse en ligne, autant de thèmes abordés lors de ces rencontres. Le baromètre de la profession, réalisé avec le CSA a également été publié lors des Assises.

Les cinquièmes assises du journalisme (Poitiers du 8 au 10 novembre) se sont articulées autour du thème :  » Transparence ? Tout dire, tout savoir, tout révéler ?  » Les matinées étaient consacrée à des ateliers de réflexion sur l’impact sur la pratique du journalisme de différents sujets comme :
– la fascination du live ;
– conflits d’intérêt et information ;
– les écoles de journalisme, laboratoires de nouvelles pratiques ? ;
– fusionner les rédactions, est-ce possible ? ;
– ils renouvellent l’information de proximité ;
– Twitter, Facebook : quelles règles d’usage pour les médias sociaux ? ;
– vérifier la parole du politique. De la vérification au fact-checking
-Pour une veille déontologique.
Quant aux débats publics ils ont abordé :
– journalistes et publics : éduquer l’un et l’autre ;
– l’actualité 2011 au prisme de l’éthique ;
– à quoi sert un journaliste?…

Principal enseignement du deuxième baromètre de la profession (réalisé avec le CSA) dont les résultats ont été publiés à cette occasion, les journalistes aiment leur métier (à 85 %), mais 53% d’entre eux sont insatisfaits de leurs conditions de travail (+23% en quatre ans). Par ailleurs, pour la majorité (62%) les garanties apportées à la liberté de la presse se sont détériorés ces dernières années.

Après les assises du journalisme des Français, c’est au tour des Québécois de se réunir pour réfléchir, ce qu’ils feront à partir du 25 au 27 novembre sur le thème générique « Le journalisme plus nécessaire que jamais ». Ce congrès est organisé par la Fédération professionnelle des journalistes du Québec. Certaines des dix-sept questions abordées concernent plus les spécificités locales, mais d’autres sont plus « universelles » :
– nos médias encouragent-ils l’information futile et superficielle ? ;
– où sont les limites du journalisme d’opinion ;
– à quoi servent les politiques de communication gouvernementales ? ;
– comment réaliser un reportage avec les nouveaux outils ;
– les réseaux sociaux, outils de propagande aussi ;
– journalistes en danger ;
– autopsie d’une enquête et d’un scandale: Clearstream.
Parallèlement, les journalistes peuvent participer à des ateliers de perfectionnement professionnel.
Quant au vendredi 18 novembre, il était consacré à la presse en ligne.
2011 est la deuxième édition de cette journée organisée par le SPIIL (Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne). Là encore sous forme d’atelier, les participants ont abordé, entre autres :
– comment consolider le statut de la presse en ligne ?
– nouveaux formats rédactionnels : vers la fin de l’article ?
– l’avenir de la presse locale est-il vraiment sur Internet ?
– la presse en ligne doit-elle s’inventer une déontologie
– faire payer l’information en ligne

La journée a été « live bloguée » vous pouvez la revivre à partir du site du spiil.

MAJ : 24 novembre
Plus de mille personnes ont participé aux cinquièmes assises internationales du journalisme et de l’information. Vous pouvez écouter ou visionner ateliers et débats.
Les lauréats du prix des Assises 2011 :
– catégorie « journaliste » Éric Scherer pour son livre « A-t-on encore besoin des journalistes ? » (PUF)
– catégorie « chercheur » Dominique Cardon pour son livre « La démocratie Internet. Promesses et limites » (Seuil-La République des Idées)
– catégorie « Enquête et reportage » Marie Cailletet pour son article « Sortir la banlieue de la rubrique Faits divers ».