Éducation aux médias : de la théorie à la pratique

Retour sur différentes rencontres ou réflexions autour d’un sujet qui reste toujours l’actualité. Avec, en complément, quelques ressources.

Le 10 juin, la République des Pyrénées a publié « Presse à l’école » une édition spéciale qui rassemble les meilleurs articles écrits par des collégiens et lycées « Reporters d’un jour » sur des sujets locaux à l’occasion de la 22e semaine de la presse et des médias à l’école®. Ce numéro était introduit par un éditorial cosigné par Jean Marziou rédacteur en chef et Philippe Couturaud, inspecteur d’académie. Ces derniers y soulignent l’importance de « la mission qui s’impose à l’Éducation nationale et aux médias notamment écrits : apprendre aux élèves d’aujourd’hui c’est-à-dire aux lecteurs de demain, une pratique citoyenne des médias ». Ils rappellent également l’inscription de l’éducation aux médias comme composante du socle commun de connaissances et de compétences.

L’éducation aux médias qui existe depuis une trentaine d’années peine cependant à s’inscrire dans un vécu quotidien de l’expérience scolaire. De plus, elle doit prendre en compte un monde médiatique en constante évolution. Marcel Desvergne dans un billet intitulé « Former aux médias, une course de fond » publié à l’occasion de la 22e semaine de la Presse souligne l’importance de l’inscription de cette éducation dans le temps, importance accrue à l’heure où « nous pouvons parler d’un écosystème planétaire numérique intégrant l’ensemble des champs de notre société où les informations, je devrais dire plus justement les données — écrites, sonores, visuelles — organisent nos vies d’une façon de plus en plus précise, ciblée et individuelle, et ce, dans toutes les dimensions éducatives, sociales, culturelles, environnementales, économiques. »
Une conférence, un séminaire et un forum
Colloques, conférences, textes de réflexion reviennent année après année pour en souligner l’importance. Petit tour d’horizon des plus récents.
En décembre 2010, la conférence internationale « l’Éducation aux médias pour tous » a réuni 300 spécialistes de plus de trente pays à Bruxelles. Elle a abordé le thème sous deux angles :
– dans quatre domaines de l’éducation aux médias (assurée par les familles, par les institutions et industries médiatiques, par l’école, par la société civile –éducation permanente, jeunesse… ) ;
– d’une manière transversale.
Son ambition allait bien au-delà du système scolaire puisqu’il s’agissait d’élaborer un ensemble de recommandations pour « une éducation aux médias tout au long de la vie ». Les travaux ont abouti à la Déclaration éponyme. Le rapport de la conférence est disponible en ligne.
La déclaration s’accompagne d’une campagne d’adhésion publique présentée en mars dernier .
À cette occasion le site owni a publié plusieurs articles, « Éducation aux médias : anarchy in the EU » , « Petit traité de stratégie politique appliquée à l’éducation aux médias » et « Trente ans d’éducation aux médias en Europe qui présente une intéressante “timeline” rappel chronologique des différents textes plaidant pour une éducation aux médias depuis la déclaration de Grünwald (1982).

Plus récemment, le 14 juin, un séminaire national organisé par la Dgesco et le Clemi réunissait des acteurs de terrain pour une mutualisation d’expériences et l’interrogation suivante : « Comment faire parvenir l’éducation aux médias dans les classes ? ». Le directeur de l’enseignement scolaire Jean-Michel Blanquer a souligné « le besoin d’une mobilisation générale pour l’éducation aux médias » tandis que Catherine Becchetti-Bizot insistait sur une vision transversale et invoquait un « frein disciplinaire ». À ce sujet lire le reportage du Café pédagogique et le billet « L’école doit-elle éduquer aux médias ? » qui qualifie cette éducation d’« une des grandes priorités pour la décennie à venir ».
Dernier événement en date le premier Forum international sur l’éducation aux Médias été à l’information organisé du 15 au 17 juin par la Faculté des lettres et des sciences humaines Saïs-Fès en partenariat avec l’UNESCO, l’ISESCO, le Bureau arabe de l’éducation pour les États du Golfe (ABEGS) et l’Alliance des Civilisations des Nations unies (UNAOC). Dans un article intitulé « L’impact des médias en débat » publié par Le Matin, le Dr Abdelhamid Nfissi, Président du Forum en définit l’objectif : « Sensibiliser les usagers des médias
– à l’importance de l’éducation à l’information et à la maîtrise de nouvelles compétences numériques » ;
– au respect de l’éthique, de la qualité et de la viabilité des contenus médiatiques ».

Ce journal a consacré à l’événement un deuxième article « La formation des enseignants en débat », texte complété par des questions à Philippe Queau, Directeur du bureau de l’UNESCO à Rabat et représentant de l’UNESCO pour le Maghreb.
Quant au site ToutEduc il souligne la conclusion du forum, un plaidoyer pour « l’intégration de l’éducation aux médias et à l’information dans les cursus scolaires et l’amélioration de la réflexion critique et de l’esprit d’analyse chez les jeunes ». Un appel a également été lancé pour « l’institution d’une journée internationale sur l’éducation aux médias et à l’information ».
Voir aussi le site de l’Unesco.

Rapports articles
En attendant la publication d’un rapport de l’UE, fin 2011, sur les niveaux d’éducation aux médias au sein de l’Union, l’observatoire européen de l’audiovisuel (Conseil de l’Europe à Strasbourg) vient de publier un rapport IRIS sur les aspects juridiques de l’éducation aux médias. Ce dernier comprend un article de fond, des reportages et un zoom sur la politique néerlandaise. (voir communiqué de presse).
Journalistes, documentalistes, universitaires… se penchent régulièrement sur l’éducation aux médias. Sélection.
« Éducation à l’information et éducation aux médias : cousines ou voisines ?» est un texte plus ancien, publié dans le Médiadoc d’avril 2009 par Jacques Kerneis professeur documentaliste IUFM de Bretagne.
« Au-delà de la protection, l’enjeu de l’éducation » de Christian Gautelier directeur de la mission « enfants et écrans, jeunes et médias » des Cemea  (Centre d’Entraînement aux méthodes d’Éducation Active) se penche les relations entre les enfants et les écrans. (Ici en pdf).

De même que « L’écran n’est pas neutre » et « L’école ne peut plus nier les écrans », entretien en deux parties avec Divina Frau-Meigs, sociologue des médias et professeur à l’Université Paris Sorbonne nouvelle paru dans le magazine en ligne de Microsoft, Regard sur le Numérique.

Éducation aux médias dans les programmes
Dernière inscription en date : dans le programme de première de français des séries technologiques. Suivre le lien pour voir le texte du bulletin officiel.

Pour une mise en pratique
En attendant un panorama plus exhaustif des ressources francophones en matière d’éducation aux médias [NDLR : à venir cet été], en voici quelques-unes assez récentes.
L’école supérieure de l’Éducation nationale (ESEN) a mis en ligne des vidéos pour se former à l’éducation aux médias et apprendre à mieux communiquer avec eux. En voici le sommaire :
– les projets d’éducation aux médias (réussir un projet, accompagner des projets, un exemple de politique académique)
– classe presse au collège
– journaux collégiens et lycéens
– JT au collège, radio au lycée .

Le site Gommes et gribouillages « Exploiter la presse à l’école primaire » enrichit régulièrement son dossier divisé en  quatre parties :
– fiches et idées pour exploiter la presse en classe avec deux axes, le journal comme matériau ou support artistique pour les plus petits Lire et écrire avec le journal pour les plus grands ;
– des dossiers et mémoires sur la presse ;
– petits Herziens (ressources autour de la télévision) ;
– des liens.

Franc-parler, site de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) qui « s’adresse aux professeurs de français qui souhaitent se former et s’informer » a publié récemment
« Comprendre les médias » qui annonce le lancement de MediaPTE (en mai dernier) qui a conçu des parcours autour du fonctionnement des images et des médias et met en ligne une sélection de ressources qui fait la part belle au Clemi français et au réseau éducation médias québecois.