Le Québec se penche sur son information

« L’information au Québec : un intérêt public », rapport du groupe de travail sur le journalisme et l’avenir de l’information au Québec a été rendu fin janvier. L’éducation aux médias, priorité depuis 40 ans, fait l’objet de quatre recommandations.

Mis sur pied à la fin de novembre 2009, le Groupe a analysé de la situation et propose des solutions qu’il veut concrètes et réalistes aux problèmes actuels du journalisme et des médias d’information au Québec. Avant de formuler 51 recommandations le rapport dresse un état des lieux et analyse :
– la concentration des entreprises de presse : lois du marché et qualité de l’information ;
– la production et la distribution de l’information ; une redéfinition du modèle ;
– le nouveau contexte technologique ;
– les clauses professionnelles et les conditions de travail.
Avant de passer aux recommandations.

Au-delà de la découverte du paysage médiatique d’un pays étranger, l’intérêt de ce rapport est de recourir quasi systématiquement à la comparaison avec la situation ou les mesures adoptées dans les pays européens ou aux États-Unis.

Une initiative française préconisée

Si, en France, l’éducation aux médias appartient au socle commun de compétences et de connaissances, au Québec, comme le souligne le rapport, elle est devenue, en 2001, « l’un des cinq  »domaines généraux de formation’’ avec la santé et le bien-être, l’orientation et l’entrepreneuriat, l’environnement et la consommation et, enfin, la citoyenneté et vivre-ensemble. Ce sont des thèmes que les élèves devront aborder tout au long de leur scolarité. »

Toujours dans la partie consacrée à l’éducation aux médias, le texte souligne « qu’il est important d’apprendre aux élèves du primaire et du secondaire à identifier les sources d’information et à évaluer la crédibilité des informations qu’ils trouvent ou qu’ils reçoivent. »

Mais au-delà de cet exercice de l’esprit critique, les rédacteurs estiment « que le rôle des médias comme outil de formation aux compétences civiques devrait être mis en valeur. L’apprentissage positif du rôle de l’information en démocratie devrait, à notre avis, être mieux exploité. »

Ci-dessous les quatre recommandations :
– que le Conseil de presse offre une formation aux écoles du Québec sur la responsabilité des médias et la déontologie ;
– que les associations professionnelles et les médias financent conjointement un programme qui permettra aux journalistes de visiter les classes et parler de leur profession ;
– que des abonnements gratuits aux journaux soient offerts aux écoles du Québec par un partenariat entre les éditeurs qui le désirent et le ministère de l’Éducation ;
– l’initiative du gouvernement français d’offrir, en collaboration avec les journaux, un abonnement d’un jour par semaine pour une année à un quotidien aux jeunes de 18 à 25 ans nous semble efficace pour stimuler le lectorat et nous croyons que Québec devrait s’en inspirer pour créer son propre programme.

Le rapport.
Découvert via une alerte google.