Droits de l’enfant : 20 ans et 200 propositions

Pour célébrer le vingtième anniversaire de la signature de la Convention des droits de l’enfant, leur défenseure, Dominique Versini, publie un rapport, livre d’or de la consultation qu’elle a menée autour de dix thèmes.

Le 20 novembre 1989 l’assemblée générale des Nations Unies adoptait la Convention internationale des droits de l’enfant. 2009 marque donc son vingtième anniversaire. Tous les États membres de l’ONU, excepté les États-Unis et la Somalie l’ont ratifiée. Amnesty International a lancé une pétition pour demander aux USA de saisir l’occasion de cet anniversaire pour le faire. Close le 12 novembre dernier cette pétition sera remise le 20 novembre au Président Obama.
Les droits énoncés se divisent en quatre grandes catégories :
• les droits à la subsistance,
• les droits au développement,
• les droits à la protection,
• les droits à la participation.

Parole aux jeunes
En France, Dominique Versini, la Défenseure des enfants a lancé «Parole aux jeunes », une grande consultation sur  les questions de société qui les concernent. Elle s’est rendue dans dix villes pour recueillir directement les recommandations de collégiens et de lycéens. Cette démarche était complétée par un forum Internet réparti en dix thèmes : éducation, famille, vie privée et Internet, santé, discriminations, violence, droit à l’expression, précarité et handicap. Deux mille cinq cents jeunes ont ainsi pu s’exprimer et travailler. (Maj février 2013, le site et le forum ne sont désormais plus accessibles, les liens ont été retirés.)
Dans l’introduction au rapport « 200 propositions pour construire ensemble leur avenir »,  livre d’or de la consultation, Dominique Versini souligne : «Les adolescents ont apprécié cette méthodologie de travail en ateliers qui correspondait à leurs attentes d’une parole libre dans un cadre clairement délimité…. En ouvrant ce chantier, nous étions loin de nous attendre à un tel besoin de parole, d’écoute et d’attention de la part des jeunes en direction des adultes, parents, enseignants et élus. »
Pour chaque thème, le rapport propose une synthèse des propos recueillis et les propositions des jeunes. Dans le chapitre consacré au droit à l’expression, le plus proche des médias, les jeunes, (téléspectateurs, lecteurs de gratuits et qui ont grandi avec Internet) concluent que «les médias véhiculent une image plutôt négative » et se focalisent sur « les jeunes à problèmes, qui ont des difficultés à l’école, les jeunes étrangers, les jeunes violents » dans des émissions destinées à faire monter l’audimat.
Par ailleurs, ils estiment que le droit à l’expression a pour corollaire le droit d’être écouté et pris en compte. Voici leurs propositions dans le domaine des médias :

  • Moins médiatiser les faits divers concernant les jeunes.
  • Valoriser les initiatives positives des jeunes et non plus médiatiser seulement une image négative. Créer une émission de télévision sur une chaîne publique nationale à une heure de grande écoute valorisant la jeunesse
  • Impliquer les jeunes dans les rédactions des médias : créer un journal TV quotidien réalisé par les jeunes pour les adultes et qui montre des actions positives de jeunes. Les jeunes doivent être davantage consultés par les médias comme force de proposition.
  • Développer la création de médias pour les jeunes par les jeunes, en particulier au collège et au lycée.

Le rapport sera remis officiellement demain, 20 novembre, au Président de la République et aux Présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat.
Ressources

En dehors des articles que vous trouverez dans la PQR, voici quelques ressources qui vous permettront d’aborder le thème.

À voir aussi sur Curiosphère une vidéo, des documents, un quiz et des liens. (MAJ, le 19 novembre 2012 : Curiosphère est remplacé par france TV éducation. La ressource n’existe plus sur le nouveau site.
-Milan presse s’associe également à cet anniversaire et propose du matériel pédagogique sur son espace dédié aux enseignants.
À noter
Alors que la Défenseure, Dominique Versini, a été nommée présidente du réseau européen des 35 défenseurs des enfants (nomination) un projet de loi présenté en Conseil des ministres le 9 septembre prévoit la suppression de son poste. Les prérogatives du futur « défenseur des droits » engloberaient en effet les siennes. Pour en savoir plus, vous pouvez lire cet article.