La diffusion des quotidiens et des magazines continue à chuter

Les ventes de la presse payante française ont reculé de 2,26% en 2006 par rapport à 2005, avec plus de 4,5 milliards d’exemplaires vendus, selon les chiffres communiqués par l’OJD (association pour le contrôle de la diffusion des médias).

Au sein de la presse grand public, les magazines représentent 44,5% des ventes réalisées en France, la presse quotidienne régionale et départementale 36,6%, la presse quotidienne nationale 12%, la presse quotidienne du septième jour (journaux qui paraissent le dimanche) 4,94% et la presse hebdomadaire régionale 1,90%.
La presse quotidienne poursuit son recul, avec une baisse de 1,49%, après un déclin de 1,60% en 2005.
Au palmarès des quotidiens, Ouest France reste en tête avec 761.065 exemplaires vendus chaque jour en moyenne, suivi par l’édition générale de l’Équipe (groupe Amaury, 350.528 exemplaires), le quotidien régional le Parisien (groupe Amaury, 336.337 exemplaires), le Figaro (322.497 ex.) et le Monde (312.265 ex.).
La presse quotidienne nationale baisse de 1,30%, la presse quotidienne régionale et départementale de 1,55%, la presse quotidienne du 7e  jour de 0,41% et la presse hebdomadaire régionale de 0,93%.
Une analyse plus poussée des chiffres montrent l’influence du système de distribution des journaux. Les ventes en kiosques ont baissé de 16 % en dix ans alors que celles par abonnement ou portage (près de 43 % pour la presse quotidienne régionale) ont augmenté de 2 %.Cette situation s’explique par la diminution spectaculaire du nombre de points de vente. Près de 500 marchands de journaux ferment boutique chaque année. Une tendance que les Nouvelles messageries de la presse parisienne (NMPP) veulent inverser.

Fortes disparités pour les magazines

Le recul de la presse magazine, 2,90 %, masque une situation très contrastée. Les champions de la diffusion restent les suppléments féminins ou de télévision vendus avec des quotidiens régionaux ou nationaux. Mais si la presse TV recule de 2,76%, les  « news », vendus à 74 % par abonnements progressent de  1,27%, les « people »  de 3,34%, les « économie-affaires » de 3,51%. Les reculs les plus spectaculaires sont ceux des magazines masculins, moins 28,59 % et cinéma-musique 15,65%, sans doute très touchés par la concurrence d’Internet.
La presse technique et professionnelle souffre également  (moins 5,26% en 2006) .
À l’opposé de la presse payante, la presse d’information gratuite affiche une santé insolente, avec une hausse de 21,5%, à 468.059.552 exemplaires mis en distribution, dont 75,5% de quotidiens et 24,5% de magazines.
Enfin, la presse gratuite d’annonces recule de 1,39 %.